Reptiland

Le site est fait pour pouvoir vous aider à élever un reptile
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Scinque à queue préhensile : CORUCIA ZEBRATA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Messages : 23
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Le Scinque à queue préhensile : CORUCIA ZEBRATA   Mar 20 Oct - 14:15

Le Scinque à queue préhensile


CORUCIA ZEBRATA




Le Scinque à queue préhensile

Latin : Corucia Zebrata
Anglais : Prehensile tailed skink, monkey skink, Solomon island skink

Description : le corucia zebrata est un reptile de la famille des scincidés parfaitement adapté à la vie arboricole. Il possède une queue préhensile, des pattes pourvues de griffes recourbées et une mâchoire très puissante garnie de petites dents. Son look est des plus original et il n’existe pas beaucoup de lézards au monde qui possèdent une aussi bonne tête ! Adulte, il mesure entre 60 et 80cm, dont environ la moitié pour la queue. Sa couleur est très variable selon les individus et selon la région dont il provient. La plupart sont vert olive tacheté de vert plus clair et/ou plus sombre. Déterminer le sexe d’un corucia n’est pas une mince affaire puisqu’il faut faire sortir tout doucement les hémipénis du mâle. Avec un tempérament aussi vif que le corucia, ses griffes et ses dents, il vous faudra une bonne paire de gants et un herpétologue expérimenté.

Lieu de vie : les corucias ne vivent que dans l’archipel des îles Salomons (dont la plus célèbre est l’île de Guadalcanal) et sur les îles de Buga et de Bougainville. Ils vivent dans la jungle, dans un biotope rendu de plus en plus rare par la déforestation (les habitants du coin ont besoin de place pour cultiver). C’est un animal rare et protégé par la convention de Washington (annexe II).

Longévité : un corucia peut vivre au moins 10 ans en captivité (plus certainement 15). Ils deviennent adultes au bout d’un an (voire même à 9 mois si la température et la nourriture sont adéquates).

Vivarium : un vivarium de 80cm de haut sur 80cm de long sur 60cm de large est un minimum pour maintenir un petit groupe en captivité (2 à 3 individus). Le vivarium en verre est idéal pour tout ce qui concerne l’entretien mais le verre comporte plusieurs défauts pour cette espèce : il est lisse et transparent. En effet, les corucias aiment à pouvoir se cacher pendant la journée et une cage en bois offre un plus grand nombre d’angles morts dans lesquels ils peuvent se blottir. Dans le même ordre d’idée, il est facile de créer des « murs d’escalade » dans une cage en bois (avec le verre, c’est plus difficile). Quel que soit le type de cage choisit, elle doit être équipée de la façon suivante :

Du substrat « humide » sur le sol (le terreau est une solution, mais je recommande plutôt les écorces de type « forest floor »), sur environ 3 à 5 cm. Il doit être maintenu légèrement humide plusieurs fois par semaine.
Des écorces de liège, au moins une par individu (bien qu’ils dorment souvent tous ensemble), placés en hauteur, environ au ¾ de la hauteur du vivarium.
Un chauffage au sol adéquat pour maintenir une température de 29° le jour et de 20° la nuit (bien qu’ils supportent jusqu’à 15° la nuit, il ne faut pas dépasser 31° le jour, sous peine de les voir devenir apathiques).
Une petite lampe de 40w qui permet de leur offrir une photopériode de 12h/12h.
Un tube UVB standard avec une écorce de liège en dessous pour qu’ils puissent venir faire « bronzette » dans la journée s’ils en ressentent le besoin.
Un bac d’eau peu profonde mais d’assez grand taille (un petit bac à chat suffira).
Autant de branches solides que possible pour créer un véritable labyrinthe, sans toutefois empêcher les animaux de se déplacer correctement.
Une gamelle, une écorce de liège coupée en deux fera l’affaire, pour offrir la nourriture en hauteur (à la moitié de la hauteur du terrarium). Les corucias sont presque uniquement arboricoles et venir chercher la nourriture au sol n’est pas un réflexe inné chez eux.
Des plantes artificielles pour faire joli (les plantes naturelles seront, au mieux dévorées et, au pire, écrasées lors des ballades nocturnes).
Entretien et nourrissage : les corucias sont des animaux qui, une fois acclimatés, sont faciles à entretenir. Il faut changer l’eau assez souvent (2 à 3 fois par semaine) et nettoyer les excréments tous les deux jours. Ils seront nourris tous les deux jours avec une « salade » composée comme suit :

80% de légumes verts (endives, mâche, pissenlit, luzerne, en résumé des légumes riches en calcium).
20% de fruits, de préférence exotiques (kiwi, mangue, papaye, mais aussi tomate, orange, pomme, etc.).
Ne dépassez pas 20% de fruits dans les menus quotidiens. Pour ma part, je ne mélange pas la nourriture (pour éviter que les animaux trient les ingrédients qu’ils préfèrent), j’offre donc des légumes régulièrement et des fruits une fois tous les 15 jours.

Les corucias raffolent d’une plante d’intérieur assez connue, le « pothos » (epipremnum aureum, anciennement scindapsus aureus). On peut en trouver dans les supermarchés à certaines périodes de l’année. Ce sont des plantes solides et qui poussent vite. Attention : elles sont toxiques pour la plupart des reptiles, les iguanes en particulier. Ces pothos me servent à deux choses : acclimater les nouveaux arrivants qui préfèrent souvent grignoter ces grandes feuilles vertes que d’attaquer directement les endives qui ne ressemblent pas du tout à ce qu’ils mangent d’habitude. Ensuite c’est un menu idéal (et qui ne se dessèche pas tout de suite s’ils ne sont pas consommés) pour les week-ends prolongés. Un gros plant de pothos permet de nourrir 3 corucias pendant environ 4 jours.

Comportement : les corucias sont presque uniquement nocturnes. S’ils vous parviennent sauvages, ils sera impossible de les observer lors des périodes de jour. Petit à petit, ils sortiront de plus en plus tôt. Avec des animaux parfaitement acclimatés, il sera possible de les observer dès 18 heures, moment où il de bon ton de les nourrir. Une fois la nuit tombée, les corucias commencent à se promener et si les individus que vous possédez sont calmes, il est bon de les laisser se promener à l’extérieur afin qu’ils voient du pays. Ils pourront se déplacer sur vous, sur le vivarium, dans des plantes vertes, sur les rideaux. Ne les laissez JAMAIS sans surveillance : il leur est facile de vous fausser compagnie pour disparaître dans on ne sait quel coin sombre. Les corucias peuvent être apprivoisés (mais cela dépend du temps que vous y passez et de l’individu lui-même) et finiront pas ne plus mordre et même par accepter de manger dans la main. Cependant, ils ne seront jamais aussi familiers qu’un pogona ou qu’un iguane vert apprivoisé.

Les morsures : les corucias sont célèbres pour leur look rigolo mais aussi pour leurs terribles morsures (elles sont classées comme étant « inoubliables » par ceux qui les ont subit). Il ne faut donc jamais laisser un enfant s’approcher d’un corucia, ni même un adulte qui n’est pas habitué à leur présence… On différencie en fait les morsures d’avertissement (qui signifient : lâche-moi les baskets, tu commences à me courir sur les haricots) et qui sont effectuées très rapidement, quelquefois plusieurs fois de suite, sans que la morsure soit prolongée, et les morsures agressives (qui signifient : je vais te bouffer un rein) où l’animal mord fortement et maintient sa prise jusqu’à ce que « AHHHHHHHH » s’ensuive (et même encore après). Le meilleur moyen d’éviter de telles extrémités est d’être très observateur, la morsure d’un corucia étant toujours précédée par des postures plus ou moins faciles à analyser. Entraînez-vous en lui faisant mordre un morceau de bois ou une feuille d’endive et vous comprendrez ce que je veux dire. Une fois en main, s’il n’est pas maintenu de force, il est rare qu’un corucia soit agressif, sa curiosité prenant généralement le dessus sur son envie d’en découdre avec vous.

La reproduction : les corucias sont ovovivipares et donnent naissance, généralement tous les deux ans, à un seul et unique bébé (plus rarement des jumeaux). Les mères corucias s’occupent de leurs bébés et les protègent pendant les premières semaines de leur vie. Lorsque la femelle est pleine, elle devient de très mauvais caractère et doit être isolé du reste du groupe, sous peine de voir les combats dégénérer (voir ci-dessous).

Comportement social : les corucias vivent en colonies de 10 à 30 individus (dans la nature). En captivité, ils possèdent une vie sociale très complexe et très intéressante à observer. Très dangereuse aussi quand on sait que les bagarres peuvent se terminer par de terribles blessures (amputations de membres par morsure et éventration par griffure). Ajouter un animal à une colonie déjà en place est des plus délicat (mettre en présence un mâle et une femelle tourne souvent plutôt à un remake de massacre à la tronçonneuse qu’à une adaptation de Roméo et Juliette). Une seule solution : observer les animaux avec soin, les mettre en présence petit à petit, disposer d’une très grande cage qui, surtout, comporte de nombreux abris différents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reptiland.tonempire.net
 
Le Scinque à queue préhensile : CORUCIA ZEBRATA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CORUCIA ZEBRATA
» mon cadeau de noël (corucia zebrata)
» Proposition de permis européen terrario pour tous,vol. 2
» Photo de mes tortues
» Demande info sur Pogona barbata

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reptiland :: Lézards-
Sauter vers: